LogoBienvenue sur Un Coup d'Oeil !

Articles et images qui font le buzz et interpellent.

Savoir

Fête Nationale du 14 juillet

Rédigé par webmaster - - Aucun commentaire



Pour la plupart des Français la Fête nationale française fait référence à la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. Date importante de la Révolution française puisque la Monarchie est mise en péril.
Cela est vrai, mais ce n’est pas vraiment la prise de la Bastille que l’on célèbre le 14 juillet.
En effet, un an après la prise de la Bastille, le 14 juillet 1790 est organisée la Fête de la Fédération à Paris. Cette fête a pour but d’unifier les Français. Rappelons qu’à cette époque la France est encore une Monarchie qui connaît autant d’opposants que de partisans. Il s’agit donc d’un pays qu’il faut réconcilier. Sous l’impulsion de l’Assemblée Constituante et du Marquis de La Fayette, le Roi Louis XVI prête alors serment de maintenir la Constitution décidée par l’Assemblée Nationale Constituante lors de la Fête de la Fédération.
Cette association entre un noble favorable au Roi et l’Assemblée nationale opposée à la Monarchie de Droit Divin favorise la réconciliation de tous les groupes sociaux.
C’est pourquoi en 1880, sous la IIIème République, l’État qui souhaite renforcer l’esprit national et républicain autour d’une fête nationale et d’un hymne national, préférera la date du 14 juillet 1790 symbolisant la réconciliation à celle de la prise de la Bastille dont l’événement symbolise la liberté d’action du peuple, mais aussi malheureusement beaucoup de violences.

Au sujet de l'asociabilité

Rédigé par webmaster - - Aucun commentaire


Jiddu Krishnamurti (ou Jidhu Krishnamurti) (en télougou జిడ్డు కృష్ణ మూర్తి et en tamoul ஜிட்டு கிருஷ்ணமூர்த்தி), né à Madanapalle (Andhra Pradesh) le 12 mai 1895 et décédé à Ojai (Californie) le 17 février1986, est un homme d'origine indienne promoteur d'une éducation alternative. Apparue au sein de la théosophie et de la contreculture des années 1960, sa pensée exerça une influence notable sur des auteurs et des personnalités de différentes disciplines.


10 Lessons from Einstein

Rédigé par inconnu - - Aucun commentaire

1. Follow Your Curiosity “I have no special talent. I am only passionately curious.”

2. Perseverance is Priceless “It’s not that I’m so smart; it’s just that I stay with problems longer.”

3. Focus on the Present “Any man who can drive safely while kissing a pretty girl is simply not giving the kiss the attention it deserves.”

4.The Imagination is Powerful “Imagination is everything. It is the preview of life’s coming attractions. Imagination is more important than knowledge.”

5. Make Mistakes “A person who never made a mistake never tried anything new.”

6. Live in the Moment “I never think of the future – it comes soon enough.”

7. Create Value “Strive not to be a success, but rather to be of value.”

8. Don’t be repetitive “Insanity: doing the same thing over and over again and expecting different results.”

9. Knowledge Comes From Experience “Information is not knowledge. The only source of knowledge is experience.”

10. Learn the Rules and Then Play Better “You have to learn the rules of the game. And then you have to play better than anyone else.”

Sommes-nous systématiquement manipulés ?

Rédigé par inconnu - - Aucun commentaire

Citation de : David Rockefeller, le 8 juin 1991 à Essen en Allemagne, au terme d’un colloque de l’un de ses “clubs” .

.....

"La presse libre n'existe pas. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des intellectuels prostitués. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l'opinion au service des Puissances de l'Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses”.

Citation de John Swaiton, l'éditeur du New York Times, lors de son discours d'adieu (fin de carrière et retraite) . Réaction à un confrère qui, pendant le drink d'adieu, avait proposé de lever leurs verres à la liberté de la presse !

“Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au Time Magazine et autres grandes publications, dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté les promesses de discrétion pendant près de quarante ans. Il nous aurait été bien impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été soumis aux pleins feux de l’actualité pendant ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et disposé à marcher vers un gouvernement mondial… La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’autodétermination nationale que l’on pratiquait les siècles passés…”

.....

Alors de ton sourire naîtra une fleur...

Rédigé par inconnu - - Aucun commentaire


"Promets-moi aujourd’hui,
alors que le soleil est juste au-dessus de nos têtes,
de te rappeller, ma soeur, mon frère :
même s’ils te terrassent
sous une montagne de haine et de violence,
que l’homme n’est pas notre ennemi.
 
Noble est la compassion
la haine ne peut répondre à la violence
la haine ne te laissera jamais affronter
la bête qui est en l’homme.
 
Et un jour, quand tu seras face à la bête,
seul, ton courage intact,
tes yeux pleins de gentillesse,
alors de ton sourire
naîtra une fleur.
 
Et tous ceux qui t’aiment
seront tes témoins
par delà dix mille mondes de naissance et de mort.
 
Seul de nouveau,
je continuerai la tête baissée,
mais connaissant l’immortalité de l’amour .
 
Et sur la longue et dure route,
la soleil et la lune brilleront tour à tour
Eclairant mon chemin ."
 
Thich Nhat Hanh.
 

Du nouveau ?! Colbert et Mazarin sur la dette publique

Rédigé par webmaster - - Aucun commentaire

Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J'aimerais que Monsieur le surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…

Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'Etat… L'Etat, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'Etat en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les Etats font ça.

Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?

Mazarin : On en crée d'autres.

Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.

Mazarin : Oui, c'est impossible.

Colbert : Alors, les riches ?

Mazarin : Les riches non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des cen­taines de pauvres.

Colbert : Alors, comment fait-on ?

Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage ! Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! C'est ceux-là que nous allons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… C'est un réservoir inépuisable. »